LA NÉCROPOLE DE PÉPY Ier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

LE SITE ARCHÉOLOGIQUE

L'occupation du site débute avec le règne de Pépy Ier (± 2250) et connaît une première phase d'activité jusqu'à la fin du Moyen Empire (-1800). Elle se poursuit de manière discontinue jusqu'à la Basse-Époque.

Depuis plusieurs années déjà, la MafS s’est engagée dans l’étude de l’évolution de l’ensemble du complexe de la nécropole royale de Pépi Ier. Cette nécropole présente la particularité d’avoir bénéficié d’une occupation particulièrement intense, probablement la plus dense et la plus longue de l’Ancien Empire. Témoigne notamment de sa notoriété l’emploi du nom même de la pyramide de Pépy Ier, « Mennefer », pour désigner l’antique capitale du pays, Memphis, toute proche, à partir de la fin de l’Ancien Empire.

Necropole_Etat_2019.jpg

Plan de la nécropole.

Ortho-image de la nécropole en 2014.

Complexe de Pépy Ier

​À venir.

Complexe d'Inenek/Inti

Fouille : 1990-1999, 2010.

La reine et vizir Inenek/Inti est une épouse de Pépy Ier.

Cette reine semble avoir obtenu une des plus anciennes concessions dans la nécropole de Pépy. En effet, son complexe adopte un plan très régulier qui trahit l’absence d’obstacle au moment de la planification.

Ce complexe est situé au Sud-Est de la pyramide du roi, dont il est séparé du mur d’enceinte par une rue axée Est-Ouest. On y pénètre par une porte percée au centre de son mur d’enceinte nord et précédée de deux petits obélisques. 

Complexe d'Inenek/Inti

Un vestibule accueille le visiteur pour le mener vers une cour à portique sur quatre côtés. Deux portes, percées dans les angles sud-ouest et sud-est de la cour, permettent d’accéder respectivement au péribole nord de la pyramide et au temple intime. Ce dernier est constitué d’une série de passages en enfilade desservant du Nord au Sud : une pièce aveugle, la salle aux statues, la salle aux offrandes ainsi que deux probables magasins. En contournant la pyramide par l’Ouest, on accède, à l’angle sud-est du complexe, à une petite cour au centre de laquelle est construite la pyramide satellite.

La pyramide mesure 22,79 m de côté (43 coudées) et ses appartements funéraires ne sont pas décorés.

Complexe de l'ouest

Fouille : 1991-1996

Le complexe anonyme, appelé « SW » par la Mission, se situe à l’angle sud-ouest du mur d’enceinte de Pépy Ier. Le plan général de ce complexe est assez atypique. Il est le résultat de plusieurs phases de construction que l’on peut décliner ainsi :

Complexe_SW _200eCS4.jpg

● Phase 1 : édification de la pyramide qui est la seule partie du complexe en pierre. L’idée communément admise est celle d’un abandon en cours de réalisation. Les appartements ont un plan peu commun : le « serdab » ouvre au sud de la chambre funéraire, contrairement au projet cano-nique d’une installation à l’est. La pyramide mesure env. 21 m de côté (40 coudées) ;

 

● Phase 2 : Après une phase d’inoccupa-tion du complexe, celui-ci est réutilisé en tant que sépulture pour une nouvelle occupante. On y édifie un complexe funé-raire, au moins après la réalisation du complexe d’Inenek et de celui de la reine Méhaa et de son fils Horneterikhet. Cette seconde phase se caractérise par le choix de la brique crue pour édifier une con-struction ressemblant à un temple funéraire dont le temple intime est situé au nord de la pyramide (contraintes de place) ;

● Phase 3 : Adjonction de nouvelles pièces vers le nord qui agrandissent l’espace cultuel ;

 

● Phase 4 : Dernière adjonction de pièces vers le nord et condamnation de l’ouverture sur la rue au profit d’un nouvel accès vers l'ouest en direction d’une ruelle perpendi-culaire à la principale.

La datation des phases est assez conjecturale et le temps écoulé entre chacune d’elles est difficile à estimer :

  • Phase 1 : sous Pépy Ier ;

  • Phases 2 et 3 : on ne sait pas combien de temps s’est écoulé entre P1 et P2, mais P2 et P3 sont probablement proches dans le temps ;

  • Phase 4 : cette phase est postérieure aux aménagements réalisés en lien avec l’accès au complexe d’Ânkhnespépy II (sous Pépy II). Elle est peut-être « tardive », au début du Moyen Empire, notamment en raison de la condamnation de l’accès vers la rue principale.

Complexe de Noubounet

La reine Noubounet est une épouse de Pépy Ier.

On entre dans le complexe par une porte ouvrant au Nord sur la rue ceinturant le complexe du roi. Puis un vestibule permet de desservir vers l’Ouest le péribole nord de la pyramide et vers le Sud, à la fois le temple intime et un couloir le contournant pour atteindre le péribole sud. Le temple intime est constitué d’une salle aux niches à statues, de la salle aux offrandes et d’un probable magasin qui sont disposés en enfilade du Nord vers le Sud.

Fouille : 1989-1990 ; 1994-1996 ; 2019

Noubounet-01.jpg

La pyramide mesure 21,22 m de côté (40 coudées) et ses appartements funéraires ne sont pas décorés.

Complexe d'Ânkhnespépy III

Fouille : 1999-2000, 2003.

La reine Ânkhnespépy III est fille de Mérenrê Ier et une épouse de Pépy II.

 

Le complexe de la reine est celui occupant la plus petite surface de la nécropole. Il s’inscrit dans un rectangle contraint à l’Ouest par la limite de la nécropole de la famille royale, au Sud et à l’Est par le temple d’Ânkhnespépy II et au Nord, par ce qui était probablement une esplanade occupée par les installations cultuelles des particuliers.

Le temple de cette reine est réduit au minimum nécessaire au culte. En effet, seule la partie intime a été construite. On pénètre à l’intérieur de l’enceinte par une porte percée à l’angle nord-est de son mur d’enceinte nord et précédée de deux petits obélisques. Dans cet espace restreint, à l’Est, sur le flanc de la pyramide, est disposé le temple intime, constitué d’une suite de

deux pièces menant à la salle aux offrandes. Au sud-est de la pyramide de la reine, une petite cour accueille en son centre une pyramide satellite.

La pyramide mesure 15,72 m de côté (30 coudées). Ses appartements funéraires sont décorés de façades de palais autour du sarcophage et d’un bandeau de texte présentant ses titres.

Complexe d'Ânkhnespépy II

Fouille : 1997-2004, 2016-2019

La reine Ânkhnespépy II a été successivement épouse de Pépy Ier et de Mérenrê Ier. Mère de Pépy II, elle a assuré la régence pendant les jeunes années de ce dernier.

Le complexe de la reine est le plus vaste ensemble construit après celui du roi. Il est situé à l’extrémité sud-ouest de la nécropole, en limite de ce qui pourrait être le « premier cercle », c’est-à-dire le secteur consacré aux reines et aux membres de la famille royale.

 

L’avant-temple est très développé sur un axe Nord-Sud en direction du temple intime. Il dessert à l’Ouest, une série de vingt magasins disposés en dents de peigne, et au Sud, une grande cour à portique sur quatre côtés. Deux portes, percées dans les angles sud-ouest et sud-est de la cour, permettent d’accéder respectivement au péribole nord de la pyramide et au temple intime.

Ce dernier est constitué d'une salle aux niches, de "l'antichambre carrée" et de la salle aux offrandes flanquée d'un magasin au sud.

La cour de la pyramide satellite est accessible par un couloir contournant le temple intime.

La pyramide est la plus grande après celle du roi ; elle mesure 31,40 m de côté (60 coudées) et ses appartements funéraires sont décorés des Textes des Pyramides.

Complexe de Mérétitès II

La reine Mérétitès II est l'épouse d'un Neferkarê qui a toutes les chances d'être Pépy II.

L’accès au complexe se fait par le Nord depuis la rue Est-Ouest de la nécropole, via un long couloir. Le couloir d’accès débouche sur une cour à portiques qui dessert vers l’Ouest le péribole nord de la pyramide et vers le Sud, le temple intime. À ce jour, nous ne connaissons du temple intime que la stèle funéraire. Le péribole nord est occupé par de petits bâtiments en briques crues qui semblent postérieurs. Le complexe de la reine est ainsi littéralement encastré entre ceux d’Ânkhnespépy II à l’Ouest, d’Inenek/Inti à l’Est et de la pyramide anonyme au Nord.​

Meretites-01.jpg

La pyramide mesure env. 21 m de côté (40 coudées). Ses appartements funéraires sont décorés d’un bandeau de texte peint à mi-hauteur des parois de la chambre présentant la titulature de la reine.

Complexe de Rêhéryshefnakht

À venir.​

Complexe de Méhaa et Horneterykhet

À venir.​

Complexe de Béhénou

Fouille : 2007, 2009-2016.

La reine Béhénou est une épouse de Pépy Ier ou de Pépy II.

 

Le complexe de la reine est placé à l’extrémité sud de la partie occidentale de la nécropole de Pépy Ier. Plus précisément, il s’appuie et vient même empiéter sur la face nord de la pyramide de la reine Méhaa.

On pénètre à l’intérieur de l’enceinte par son angle nord-est depuis une rue axée Nord-Sud. La porte est précédée de deux petits obélisques. Un vestibule accueille le visiteur pour le mener par le franchissement d’une porte, percée dans l’angle nord-ouest, à une cour à portique sur trois côtés. Dans l’angle nord-ouest de la cour, une porte est percée dans le mur séparant l’avant-temple du temple intime. Ce dernier est constitué d’une série de passages en enfilade desservant du Nord au Sud :

une pièce aveugle, la salle aux statues (disparue) et la salle aux offrandes desservie par un magasin. À l’extrémité opposée de la cour est percée une seconde porte qui ouvre sur un vestibule permettant l’accès à l’Ouest, à une série de dix magasins disposés en dents de peigne et au Nord, à une longue pièce aveugle. À l’angle sud-est de la pyramide de la reine, est aménagée une petite cour au centre de laquelle est construite la pyramide satellite.

La pyramide mesure 26,20 m de côté (50 coudées) et ses appartements funéraires sont décorés des Textes des Pyramides.

LA FAMILLE ROYALE

Les fouilles dans la nécropole de Pépy Ier livrent de nombreuses informations sur la composition de la famille royale à la VIe dynastie. L'arbre généalogique ci-dessous compile nos connaissances actuelles, mais les données peuvent être remises en cause par la découvertes de nouveaux éléments. Plusieurs liens familiaux restent incertains.

généalogie 2019.png

Panoramique du site depuis la pyramide de la reine Béhénou en 2015.

 

LES PARTICULIERS

Les cultes privés

Dès le règne de Pépy Ier et jusqu'au Moyen Empire, des particuliers viennent exprimer leur dévotion envers leur roi ou les reines. Ils déposent pour cela toutes sortes de petits monuments de culte : fausses-portes, tables d'offrandes, statues, etc.

Tables d'offrandes.

Les inhumations

Autour des complexes royaux se trouve une vaste nécropole dans laquelle se firent inhumer certains membres de l'élite memphite. Cette nécropole n'a pas encore été fouillée, mais quelques éléments découverts sur le site indiquent son existence.

Fragment d'inscription monumentale provenant d'une tombe de particulier.

Plus tard, alors que le culte du roi n'est plus pratiqué, les temples de pyramide deviennent à leur tour le lieu d'implantation pour de nombreuses sépultures.

La majorité de ces sépultures sont de simples enfouissements. Certaines fosses creusées dans le sable ont parfois été parementées par des blocs de calcaire plus ou moins agencés. Ces tombes sont creusées pour partie dans les niveaux éoliens ou parfois dans les sédiments noirs sous-jacents. 

Sépulture tardive.